Annonces

Mot point focal MEEVCC

MOT DU POINT FOCAL ENVIRONNEMENT

 

 

Au Burkina Faso, pays à écosystèmes soudano-sahéliens, les ressources naturelles constituent le premier soutien socio-économique de la frange la plus pauvre de la population.  Les terres, les ressources en eau, les forêts, la faune et les ressources des zones humides constituent les piliers fondamentaux du développement durable du pays. Le sol et le sous-sol du pays abritent d’importantes ressources qui contribuent à la croissance durable et qui sont vitales pour la population et pour le pays tout entier.  De nos jours, la qualité de l’air et du cadre de vie devient de plus en plus crucial pour le bien être durable des populations.

Malheureusement, en dépit des nombreuses politiques volontaristes de développement mis en œuvre depuis plusieurs décennies déjà, les tendances à la dégradation des ressources naturelles qui s’accentuent et s’amplifient, agissent et rétroagissent sur les systèmes de production, augmentent la vulnérabilité des producteurs et alimentent de manière continue, la spirale de la pauvreté.  Les manifestations les plus visibles des processus complexes de dégradation sont :

  - La dégradation des terres

  - L’érosion de la diversité biologique ;

  - La perte des biens et services fournis par les écosystèmes naturels ;

  - La pollution du cadre de vie, de l’air, du sol et du sous-sol.

Le projet d’amélioration de la productivité agricole et de la sécurité alimentaire (PAPSA), en exécution depuis 2010 s’est attelé à apporter une contribution significative à la résolution de ces problèmes qui sont interdépendants. Dans le domaine de l’environnement, le projet intervient sur trois domaines prioritaires, à savoir : i) la gestion des aires protégées, ii) la restauration des terres dégradées et iii) la valorisation des produits forestiers non ligneux.

Le projet, intervenant dans les principaux écosystèmes naturels du pays,  contribue à préserver près d’un million  deux cent milles (1.200.000) hectares de forêts naturelles, renforce l’aménagement et la gestion durable des ressources de ces espaces qui sont pourvoyeurs de nombreux biens et de services  et constituant en même temps les principaux puits de séquestration de gaz à effet de serre.

Grâce au projet, la gestion des aires fauniques, la récupération des terres et la valorisation des produits forestiers non ligneux génèrent annuellement  plus de 15 milliards de francs CFA et fournissent des emplois verts décents permanents et temporaires à plusieurs milliers de personnes en milieu rural essentiellement grâce à l’approche HIMO mise en œuvre par le projet. De ce point de vue, les impacts et les effets du projet sont en parfaite adéquation avec les options de développement durable, la promotion de l’économie verte et la lutte contre les changements climatiques. Il œuvre en définitive au bien être continue des populations bénéficiaires. Il est fortement attendu que ce projet novateur puisse se transformer en programme pour renforcer les acquis et soutenir les investissements structurants au profit des petits producteurs et de l’économie nationale.

Urbain BELEMSOBGO

Inspecteur des Eaux et Forêts

Officier de l’Ordre National

l

AGENDA

 

Novembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

PARTENAIRES

WEBMAIL